Menu

Nébuleuses

2014
Inexistant dans le milieu de la Joaillerie, le papier est le protagoniste de cette collection. Dessinée il y a 8 ans, cette parure associe sculpture de papier et diamants taille rose et bouscule ainsi les codes établis. L’éternel et l’éphémère se rencontre, papier et diamant se subliment l’un l’autre, deviennent complémentaires, inséparables, égaux. J’ai travaillé cette série de pièces comme de la haute joaillerie, avec précision et délicatesse pour qu’elles soient aussi belles à l’intérieur qu’à l’extérieur.

J’ai découvert par un heureux hasard ce papier japonais Hodomura, à l’occasion d’un projet sur l’origami. Ce papier, traditionnellement utilisé dans la conservation d’estampe et la restauration de manuscrit, est constitué de plusieurs couches de fibres de murier, ce qui le rend très résistant, doux et lumineux.

 

Après de nombreux tests de torsions et de pliage, j’ai pris un fil et une aiguille et j’ai commencé à faire des nœuds… Grâce à un jeu de tension, le volume prenait vie, le papier résistait, se courbait et se tordait. La forme est devenue organique, à la fois nuage, plante extraordinaire et formation minérale. Bientôt, j’avais sous les yeux un monde nouveau fait de plis, de creux et de rondeurs, aussi étrange qu’harmonieux.
Il émanait de ce premier volume une tiédeur enveloppante et une sensation de douceur feutrée. Déjà, je l’imaginais porté sur le corps, cachant une épaule, en équilibre sur une coiffure ou enveloppant la nuque.
Quatre ans plus tard, je dessinais la collection Nébuleuses.

Il me fallut près d’un mois de plis, de torsions et de nœuds, pour créer le volume désiré. Tout était une histoire d’équilibre entre force et douceur. J’ai avancé à l’instinct en « sculptant » cette matière avec mes fils de coton. Les pliages s’en sont mêlés et les « cocottes » en Origami se sont glissées dans les creux et recoins de la sculpture.

 

Cette pièce est modulable, la boucle d’oreille se détache simplement du papier et la partie en or et diamant peut se porter seule en « broche » ou en parure de tête.
J’ai choisi les diamants « taille rose », car ce sont des pierres anciennes, elles ont un petit nombre de facettes et sont toutes différentes, ce qui leur donne plus de personnalité que des diamants tailles modernes.

Photo: Solveig & Ronan

J’ai travaillé les bagues comme des sculptures uniques et miniatures, où chaque « nuage » de papier est fixé sur le corps par le diamant et peut se retirer grâce à un mécanisme caché. Corps de bague en Or 18 k, diamants tailles anciennes rose cut. Série limitée de 10 pièces.
Prix sur demande.